ACCUEIL

PLAN DU SITE

VIE D’AMOUR

LES OEUVRES

LA DAME


E-MAIL

OEUVRES MISSIONNAIRES


La pauvreté en Jamaïque
La Jamaïque: un pays dont la nature est si
riche, mais où le peuple est tellement pauvre...
Une dame jamaïcaine devant son pauvre logis

À la demande de S. Exc. Mgr Paul Michael Boyle, Vicaire apostolique de Mandeville, en Jamaïque, les Fils et Filles de Marie ouvraient deux missions dans son Vicariat, en février 1992.

Les Fils de Marie - Bull Savannah
À leur arrivée, plusieurs paroisses étaient confiées aux Fils de Marie. L’apostolat missionnaire des Fils de Marie était très diversifié et nécessitait une action directe dans les milieux les plus défavorisés. Ainsi, les Fils de Marie apportaient, dans la mesure de leurs possibilités, aide, soulagement et consolation: communion aux malades catholiques, assistance spirituelle et sacramentelle; sans négliger une assistance matérielle: distribution de denrées alimentaires et de vêtements, transport des personnes éloignées des centres, soins aux malades, visites et aide dans une école pour sourds-muets.

En septembre 1993, une école secondaire était ouverte à Bull Savannah, sous la responsabilité des Fils de Marie. Plusieurs d’entre eux y ont dispensé des cours en différentes matières, aidés par des laïcs bénévoles qui s’offraient généreusement pour enseigner gratuitement pendant une année ou plus.

Les Filles de Marie - Black River
Dès leur arrivée, en 1992, dans la paroisse Sainte-Thérèse, à Black River, les Filles de Marie contribuèrent à l’aide physique, psychique, morale et spirituelle des paroissiens.

Elles portaient la communion aux malades et aux personnes âgées, donnaient des cours de catéchisme, formèrent une chorale et organisèrent différentes activités pour les jeunes. Une Soeur infirmière donnait les premiers soins aux plus déshérités.

Une autre religieuse Fille de Marie était nommée directrice de l’école maternelle qui regroupe près d’une centaine d’enfants.

Les élèves de l’école secondaire
Les élèves de l’école secondaire de
Bull Savannah.

Une classe de l’école maternelle
À Black River, une centaine d’en-
fants fréquentent l’école maternelle.

C’est l’heure du biberon...
Soeur Lucille en a plein
les bras...

En 1996, les Filles de Marie eurent la responsabilité de l’orphelinat qu’elles ont ouvert dans la maison ancestrale située sur leur terrain. Cette maison, laissée à l’abandon depuis plusieurs années, avait été rénovée grâce à la générosité des Chevaliers de Marie volontaires qui avaient participé au voyage apostolique de 1995, organisé par l’Armée de Marie, en vue de restaurer les lieux pour y accueillir des orphelins.

Une dizaine d’enfants y ont trouvé refuge, entourés de leurs nouvelles mamans... religieuses, qui ne ménagaient pas leurs efforts afin de leur prodiguer tous les soins nécessaires.

C’est dans le don généreux d’elles-mêmes qu’elles pourvoyaient chaque jour à la tâche, cherchant à créer dans la maison une ambiance familiale où chacun peut s’épanouir librement, se sentant aimé et apprécié. Pour ce, elles bénéficiaient de l’aide bienveillante de jeunes adultes bénévoles qui, à tour de rôle, n’hésitaient pas à donner plusieurs mois ou même une année complète de leur vie pour servir la cause missionnaire.

En juillet 2001, après 9 ans et demi d’apostolat en Jamaïque, les Filles de Marie quittaient leur mission pour revenir au Québec.

 


© 1998 - Tous droits réservés : ÉDITIONS CO. DAME, Québec, Canada

haut