ACCUEIL

PLAN DU SITE

VIE D’AMOUR

LES OEUVRES

LA DAME


E-MAIL

POSITION OFFICIELLE DE L’ÉGLISE
FACE AUX APPARITIONS


Le dôme de la Basilique Saint-Pierre de Rome

Une grande lutte contre la Dame de tous les Peuples
Dès le début des apparitions, les Messages de la Dame de tous les Peuples ont suscité une grande controverse au sein même de l’Église. Une première commission d’enquête aboutit, en 1956, à un jugement négatif qui parut, sans signature, dans L’Osservatore Romano du 25 mai 1974, en page 2. Or, bien vite les failles de l’enquête apparurent au grand jour. De plus, cette enquête fut menée à une époque où «les signes contenus dans les paroles de Marie» (La Dame de tous les Peuples, 4 avril 1954) n’étaient pas encore réalisés. Il fallait donc attendre les événements.

Plus de 200 imprimatur accordés à la prière
Pourtant, la Prière que la Dame donna à la voyante le 11 février 1951 fut traduite en plusieurs langues et reçut plus de 200 imprimatur, donnés par des Cardinaux, Évêques et Vicaires généraux du monde entier.

«Une enquête n’est pas infaillible»
S’il est vrai qu’au début les Paroles et les Images de la Dame semblaient énigmatiques, il appert que c’est Raoul Auclair, résidant alors à Paris, qui eut l’insigne honneur, par la grâce de Marie, lors d’une conférence donnée à Paris le 19 février 1966, d’attirer l’attention du public sur les Messages et d’en expliquer la dimension eschatologique. Dès lors, sa conférence fut traduite en plusieurs langues, et bien vite se répandit dans le monde la Prière de la Dame, pour que tous les Peuples la récitent afin d’être «préservés de la corruption, des calamités et de la guerre».

En décembre 1979, Raoul Auclair se rendit à Rome où il rencontra Son Éminence le Cardinal Seper, alors Préfet de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi, qui lui confia: «Une enquête, ce n’est pas infaillible. Elle peut être rouverte.»

Depuis lors, des développements nouveaux ont été soumis à l’attention de l’Église. Et l’Église ne se ferma pas à la lumière de la vérité, se rappelant qu’un bon arbre ne peut produire de mauvais fruits, ni un mauvais arbre de bons fruits!

Autorisation de la dévotion publique
En effet, le 31 mai 1996, en la fête de la Visitation de Marie, Son Excellence Monseigneur Henrik Bomers, Évêque de Haarlem, aux Pays-Bas, et Monseigneur Jozef Punt, son Évêque auxiliaire, ont signé le décret autorisant la dévotion publique à la Dame de tous les Peuples dont, en 1951, la Prière avait reçu l’approbation d’un Évêque précédent de ce diocèse où ont eu lieu les apparitions. Ce décret laissait toute liberté au peuple de Dieu de se former un jugement sur les apparitions: «Sur le caractère surnaturel des apparitions et sur le contenu des Messages, lÉglise, pour le moment, ne peut se prononcer, libre à chacun de se former un jugement là-dessus, selon sa conscience.»

Voici le texte officiel, traduit du néerlandais:

 

ÉVÊCHÉ DE HAARLEM
HB-96-182
Vendredi 31 mai 1996

N O T I F I C A T I O N
à l’attention des diocésains du diocèse de Haarlem

Depuis longtemps et de façon toujours croissante, de nombreuses demandes de l’intérieur et de l’extérieur du pays nous parviennent – l’évêque et l’évêque auxiliaire de Haarlem – pour avoir des éclaircissements sur la question des apparitions de Marie, à Amsterdam, dans les années 1945-1959, comme «Dame de tous les Peuples».
Après mûre réflexion et consultations officielles, nous pensons devoir maintenir la ligne de conduite suivante, dans le but d’une clarté pastorale souhaitée:
Il faut faire une distinction entre les apparitions/messages d’une part et le titre marial de «Dame de tous les Peuples» d’autre part.
L’Église ne peut pas, pour le moment, se prononcer sur le caractère surnaturel des apparitions et du contenu des messages. Libre à chacun de se former un jugement, selon sa conscience.
La prière «Seigneur Jésus-Christ...» dans laquelle est mentionné le titre de «Dame de tous les Peuples» a déjà reçu l’approbation de l’Église, dès 1951, de l’évêque du lieu d’alors, Mgr Huibers. Même pour le culte public de Marie sous ce titre, il n’y a, de notre part, aucune objection.
En un temps où les races, les peuples et les cultures se montrent toujours davantage du doigt – et surtout à Amsterdam –, nous pensons que précisément ce titre jette une claire lumière sur la maternité universelle de Marie et sur son rôle unique et féminin dans le Plan du salut du Seigneur.

Haarlem, 31 mai 1996, en la fête de la Visitation de Marie.

Henrik Bomers
Évêque de Haarlem

Jozef Punt
Évêque auxiliaire

Nieuwe Gracht 80 - Postbus 1053, 2001 BB Haarlem - Telefoon 023-5319450 - Fax 023-5344405 Postbank 43509

L’annonce de l’autorisation du «culte public de la Prière» fut saluée comme une grâce de choix et de vive espérance. En effet, la déclaration de S. Exc. Mgr Bomers ouvrait la voie à l’approbation officielle de l’Église en faveur de cette Prière, et permettait, le 31 mai 1997, la célébration de la Première Journée internationale de prières à la Dame de tous les Peuples, à Amsterdam, suivie, les années suivantes, d’autres Journées de prières.

Reconnaissance de l’origine surnaturelle des apparitions de la Dame
Le 31 mai 2002, Son Exc. Mgr Josez Punt, devenu Évêque de Haarlem, signait un décret dans lequel il reconnaissait le caractère surnaturel des apparitions de la Dame de tous les Peuples, affirmant que ces apparitions nous sont «une aide pour comprendre les signes des temps et pour aider à vivre plus intensément l’Évangile».

Déclaration de S. Exc. Mgr Joseph-Marie Punt
Évêque de Haarlem, en Hollande ou Pays-Bas,
concernant les apparitions de la Dame de tous les Peuples à Amsterdam
comme étant d’origine surnaturelle



© 1998 - Tous droits réservés : ÉDITIONS CO. DAME, Québec, Canada

haut