ACCUEIL

PLAN DU SITE

VIE D’AMOUR

LES OEUVRES

LA DAME


E-MAIL

ABBÉ LIONEL MÉLANÇON
Notice biographique

 

Monsieur l’abbé Lionel Mélançon naît le 29 novembre 1920 à Baie-de-Shawinigan, dans le diocèse de Trois-Rivières (Québec), dans une famille profondément chrétienne qui compte sept enfants, dont cinq garçons – trois seront prêtres – et deux filles: l’une religieuse et l’autre laïque consacrée; sa famille compte aussi un oncle et deux cousins prêtres, ainsi que trois tantes religieuses.

L’abbé Lionel fait ses études classiques et théologiques au Séminaire Saint-Joseph, de Trois-Rivières. Il est ordonné prêtre diocésain en 1946.

Après un stage d’études à l’Institut Pontifical Biblique de Rome, il est professeur d’Écriture Sainte, d’Histoire de l’Église ainsi que de Théologie ascétique et mystique au Grand Séminaire de Trois-Rivières. Il étend son enseignement aux religieux, religieuses et laïcs. En 1967, il devient curé de paroisse, mais il retourne à Rome en 1972, pour une année d’études désirant approfondir la portée pastorale de l’Écriture Sainte.

Pendant ce temps, en mars et avril 1973, Marie-Paule effectue un pèlerinage en Europe avec le Père Philippe Roy, Mme Laura Giguère, mère de Marie-Paule, et Mme Rose Dessureault, de Rimouski, marraine de l’Armée de Marie. Durant leur séjour à Rome, le groupe rencontre M. l’abbé Lionel Mélançon au Collège Pontifical Canadien. C’est lui qui les conduit au Vatican, auprès de Son Excellence Monseigneur Jean-Pierre van Lierde, Sacriste du Pape et Vicaire général du Saint-Père pour la Cité du Vatican.

Abbé Lionel Mélançon
Monsieur l’abbé Lionel
Mélançon, théologien
de Trois-Rivières.

Monseigneur Jean-Pierre van Lierde
Son Excellence
Mgr Jean-Pierre
van Lierde
À l’occasion de ce premier contact, après avoir écouté attentivement les dirigeants, Monseigneur van Lierde dit avec calme et autorité:
  • «Votre mouvement est d’origine SURNATURELLE. Ce n’est pas vous qui l’avez conçu, c’est Dieu qui vous l’a inspiré.
  • «Votre mouvement est PROVIDENTIEL, voulu par Dieu pour l’Église d’aujourd’hui.
  • «Votre mouvement est CATHOLIQUE. Destiné non seulement à votre diocèse, à votre province, à votre pays, mais aussi à toute l’Église.»

Répondant au désir de Son Excellence Monseigneur van Lierde, une seconde rencontre a lieu avec l’abbé Mélançon trois semaines plus tard. Au cours de la conversation, ce dernier lui demande d’être le témoin attentif de l’Oeuvre et d’en suivre l’évolution, en tant que théologien averti.

Quelques semaines plus tard, à son retour de Rome, Marie-Paule accueille M. l’abbé Mélançon et lui offre ses volumes Vie d’Amour, en lui demandant de les lire avec un grand esprit critique et de lui signaler toute erreur doctrinale comme toute imperfection d’ordre pratique ou apostolique. Ce souhait de Marie-Paule coïncidant avec celui de Monseigneur van Lierde, l’abbé Mélançon accepte de tout lire et d’analyser. Après une étude approfondie et une confrontation de l’expérience mystique de Marie-Paule avec les auteurs de théologie ascétique et mystique, tels saint Jean de la Croix, sainte Thérèse d’Avila et Garrigou-Lagrange, l’abbé Mélançon invite Marie-Paule à poursuivre son travail dans la paix, la sérénité et la confiance, lui répétant le mot de Monseigneur van Lierde de bien conserver tous ses écrits.

Par la suite, il continue son rôle de superviseur. Après dix ans d’observation attentive et assidue de tous les écrits de Marie-Paule – livres, brochures et articles de journaux –, il publie la brochure Vie d’Amour: j’ai lu, j’ai cru!, précisant ceci:

«Comme la plupart des lecteurs, j’ai mis moi aussi, çà et là, des points d’interrogation, non pas sur des questions de doctrine dogmatique ou morale, mais bien sur des points pratiques tels que l’opportunité de mettre par écrit certains faits, certaines actions de personnes connues, certaines opinions. Ces points d’hésitation ont tous disparu, les uns après les autres, et le dernier à la dernière page du XVe volume. Je dis merci à Dieu de m’avoir aidé à tout lire sans préjugés, sans condamner trop vite. Je m’incline devant la Providence et la Sagesse de Dieu qui est libre en ses voies et en ses voix» (Vie d’Amour: j’ai lu, j’ai cru!, l’abbé Lionel Mélançon, Québec, Éditions M.-P., Vie d’Amour Inc., p. 19).

À l’occasion, il complète sa pensée et ses impressions sur l’Oeuvre et les écrits de Marie-Paule dans de beaux articles publiés dans Le Royaume. En novembre 1996, un sérieux incident de santé l’oblige à réduire ses activités, tout en restant profondément uni à l’Oeuvre et sa Fondatrice.

Le 31 mai 1996, Marie-Paule lui rend ce témoignage, à l’occasion de son dernier écrit: «Mon âme est triste à en mourir» (Le Royaume, numéro 111, mai-juin 1996, page 24):

«Assidu aux audiences de Sa Sainteté Paul VI et aux cérémonies pontificales, il était tout désigné pour s’intéresser à une Oeuvre reconnue pour sa dévotion aux trois Blancheurs: l’Eucharistie, Marie et le Pape. Mandaté par le Vicaire général du Pape pour suivre l’évolution de l’Armée de Marie, l’abbé Mélançon a été, durant 23 ans, d’une fidélité remarquable à toujours lire nos écrits, très attentivement et sévèrement, avec un esprit critique, analytique. Nous ne saurons jamais assez le remercier pour sa généreuse collaboration. Enraciné en Dieu, son esprit de charité s’est exercé dans la grandeur et la noblesse devant l’aveuglement des adversaires. Mais sa douleur a été vive en lisant ce long texte, “L’heure de Vérité”, à tel point que c’est dans les larmes qu’il m’a dit: “Mon âme est triste à en mourir.” Cette tristesse se changera en joie, à l’Heure de Dieu» (Marie-Paule, le 31 mai 1996).

M. l’abbé Mélançon est décédé le 28 novembre 2000, quelques mois après avoir eu la joie de venir saluer une dernière fois Marie-Paule qui résidait alors à Spiri-Maria, à Lac-Etchemin.


Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays :
© 1998 - MARIE-PAULE, VIE D’AMOUR INC., Québec, Canada

haut