ACCUEIL

PLAN DU SITE

VIE D’AMOUR

LES OEUVRES

LA DAME


E-MAIL

PÈRE PHILIPPE ROY, PÈRE MARIAL
Notice biographique


«Vivre dans l’amour, c’est se préparer non pas à la mort, mais à une entrée merveilleuse dans la lumière de Dieu. Telle a été la vie du Père Philippe qui vient de recevoir la grâce des grâces, couronnement de sa vie chrétienne, et qui nous quitte pour aller vers Celui qui est l’AMOUR en Sa Trinité, et vers Sa Mère Immaculée qu’il a si bien su faire connaître et aimer par tous ceux qui le suivaient.» Voilà ce qu’écrivait Marie-Paule le 23 février 1988, au lendemain du décès du Père Philippe.

Naissance et jeunesse
Né le 8 novembre 1916 à Saint-Rémi de Métis, Price, près de Mont-Joli, Philippe est le huitième d’une famille de dix-huit enfants. Dès son jeune âge, il nourrit le désir de devenir prêtre, mais il craint de ne pouvoir concrétiser son projet à cause du nombre grandissant de bouches à nourrir. La Providence veille et, avec l’aide d’un mécène, il peut faire ses études classiques à Chambly, puis au Séminaire de Rimouski; enfin, le 29 juin 1942, il est ordonné prêtre.

Aumônier militaire
C’est alors la guerre et, dès le printemps 1944, l’abbé Philippe Roy devient aumônier militaire dans les Forces Armées Canadiennes: il est envoyé en Europe puis, quelques années plus tard, au Japon, au moment de la guerre de Corée.
Père Philippe Roy
L’abbé Philippe Roy
ordonné le 29 juin
1942, à Rimouski.
«Padre Philippe»
Plus d’une fois, Padre
Philippe est décoré
pour ses loyaux ser-
vices.
Ces années de ministère dans l’Armée Canadienne sont des années de bénédiction et d’expérience des plus enrichissantes. À différentes occasions, «Padre Philippe», comme on l’appelle, est honoré de nombreuses décorations pour ses loyaux services.

Au service du diocèse de Rimouski
De retour au pays, en 1952, il commence un ministère de dix-sept ans comme aumônier à l’Institut de Marine à Rimouski, tout en cumulant d’autres fonctions: prédicateur de retraites, organiste à la Cathédrale, aumônier des ambulanciers, confesseur chez les Ursulines et dans d’autres communautés, etc.

Mais à partir de 1957, une santé chancelante l’oblige à de fréquentes hospitalisations, et il reçoit, par deux fois, l’onction des malades. Ses souffrances sont à ce point intenses qu’il demande la mort, mais le Seigneur a d’autres vues sur lui...

L’Armée de Marie, une Oeuvre providentielle
Au début de l’année 1972, ayant appris par une dame l’existence de l’Armée de Marie, l’abbé Philippe s’intéresse à cette Oeuvre dont il discerne très rapidement l’origine divine. Il se donne complètement à cette Cause mariale qu’il lance à Rimouski.

«... Les brebis le suivent...»
Dans l’Armée de Marie, une bénédiction est offerte à ceux qui la désirent, accompagnée d’une image tirée au hasard qui impressionne, par son opportunité ou son symbolisme, ceux qui la reçoivent. C’est ainsi que les membres de l’Oeuvre deviennent Fils ou Filles de Marie.

Le 1er mai 1972, l’abbé Philippe reçoit cette bénédiction dans une supplique au Ciel afin «qu’il devienne le plus grand Directeur et le plus grand Défenseur de l’Oeuvre mariale». L’image, tirée au hasard, est éloquente: dans un décor de l’Italie, la Via Appia Antica, des brebis suivent le Pasteur. La pensée convient parfaitement: «... il marche devant elles et les brebis le suivent parce qu’elles connaissent sa voix.»

Directeur général de l’Armée de Marie
Le 4 novembre 1972, il accepte la responsabilité de «Directeur général» de l’Oeuvre. Il réveille les coeurs, soulève les âmes et les attire vers Dieu, sous l’étendard de Marie. Plusieurs le nomment «Père Philippe», tellement il est paternel pour tous. Ce nom lui restera. Il se dévoue sans compter: il donne des cours de catéchisme, repris et diffusés sur cassettes et, plus tard, sur vidéocassettes.

Souvent la maladie le terrasse. «FIAT!» répète-t-il sans cesse pendant de longs jours de maladie, car la souffrance l’exalte, en ce sens qu’il est heureux de souffrir dans tout son être pour le rachat des âmes.

Père Philippe, Père marial
Rempli d’humour et doué d’une belle simplicité, c’est tout entier qu’il se donne à l’Armée de Marie, à Québec et ailleurs, laissant partout l’image et le souvenir d’un saint homme, aussi réellement grand qu’il se croit tout petit. En 1984, dans le cadre du «Pèlerinage de l’Apocalypse», lors d’une cérémonie solennelle de l’Armée de Marie, en la Basilique Saint-Pierre de Rome, il est nommé «Père marial» de l’Oeuvre de Marie: un mystère dont on comprendra plus tard la grandeur de la mission.

Mais s’il sourit souvent, il souffre plus souvent encore. De sa santé, oui, mais surtout de l’état du monde et de la religion. Quelle douleur que celle de ce prêtre éminemment sensible, en face de tant de misère morale et spirituelle! Et quelle agonie de constater que les Autorités de l’Église qu’il aime tant refusent l’Oeuvre de Marie, dont il ne peut que témoigner des bienfaits pour les âmes!

Père Philippe, Père marial
Père Philippe, Père marial

Malgré une santé très affaiblie, il goûte l’immense bonheur d’assister à la première cérémonie d’ordination à la prêtrise de neuf Fils de Marie, le 30 mai 1987.

Après un vie remplie, il meurt subitement, dans la matinée du 22 février 1988, peu de temps après avoir célébré la messe en l’honneur de la Chaire de saint Pierre, fête du jour.

Un être rayonnant
Les souvenirs que le Père Philippe laisse fortifient l’ardeur des âmes à monter vers les sommets, car son être rayonnant fait découvrir l’âme derrière laquelle on perçoit la présence de Dieu.

C’est en l’an 2000 qu’était inauguré le complexe Spiri-Maria, à Lac-Etchemin, centre d’adoration perpétuelle et de retraites spirituelles où est également perpétuée la mémoire du Père Philippe: un petit musée, «le Pavillon Philippe-Roy», reproduit le décor dans lequel il vivait au Centre International de l’Armée de Marie, à Québec.

* * *

Un album souvenir, Père Philippe Roy, Père Marial (Éditions La Famille des Fils et Filles de Marie, Québec, 128 pages), relatant la vie du Père Philippe avec plus de 148 photos et dessins, est disponible au magasin «Le Rosier d’Or» ou sur commande (payable sur livraison).


Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays :
© 1998 - MARIE-PAULE, VIE D’AMOUR INC., Québec, Canada

haut